12.03.1917: Le testament de Jean Chaput | Jean Chaput’s Will | Jean Chaputs Testament


Revenu sur le front après huit mois de convalescence, Jean y rédige immédiatement ce testament. La première légataire est A , sa maitresse dont très peu de choses sont connues. Jean l’évoque rarement, et on ne sait ni qui elle est ni quelle est précisément leur relation.

On sait qu’ils se sont fréquentés durant la convalescence de Jean à Paris, puisque celui-ci écrit le 12 mars dans un nouveau carnet : «  La femme aimée est partie, et je suis seule avec moi-même dans la capitale, rien ne me retient plus. Je trouve mon petit appartement un peu mélancolique et mon lit bien grand. Je range un peu et prépare mon départ. »

Having returned to the front after an eight months recovery, Jean Chaput immediately writes down this will. The first legatee is A, his mistress about who very little is known. Chaput rarely speaks of her, and we know neither who she is nor the precise nature of their relationship.

They did see each other during Chaput’s recovery in Paris, since he writes on March the 12th in a new notebook: “the loved woman has left, and I am alone with myself in the capital, nothing holds me back anymore. I find my small apartment melancholic and my bed too large. I tidy up a bit and I prepare to leave.”

Unmittelbar nach seiner Rückkehr an die Front nach achtmonatiger Genesungszeit verfasst Jean sein Testament. Als erste Erbberechtigte setzt er seine Geliebte A. ein, über die sehr wenig bekannt ist. Jean erwähnt sie nur selten und man weiß weder, wer sie ist noch in welcher Verbindung sie genau zu Jean steht.

Bekannt ist jedoch, dass sie während Jeans Genesung in Paris zusammen waren, denn Jean schreibt am 12. März in sein neues Notizbuch: „Die geliebte Frau ist gegangen und ich bin nun allein in der Hauptstadt, wo mich nichts mehr hält. Ich finde meine kleine Wohnung ein wenig trostlos und mein Bett recht groß. Ich räume etwas auf und bereite meine Abfahrt vor.“

Jean Chaput

Jean Chaput

Jean Chaput naît à Paris le 17 septembre 1893 ; son père, Henri, est un éminent chirurgien de l’hôpital Lariboisière. De 1905 à 1907, il reçoit une éducation sportive de haut niveau en Angleterre.
Encore étudiant à la mobilisation, il entre au service actif le 17 août. Intégré dans l’aviation, il reçoit son brevet militaire à Avord, le 21 novembre sur Voisin.
Arrivé au front à l’escadrille C 28 le 17 février 1915, il est rapidement promu caporal puis sergent. Il est nommé sous-lieutenant le 25 mars 1916 puis lieutenant le 1er avril 1918, et, dix jours après, il reçoit le commandement de l’escadrille S 57.
Blessé lors de combats aériens à plusieurs reprises, il est mortellement atteint le 6 mai 1918, près de Welles-Pérennes, dans l’Oise.

More Information|Mehr Informationen|plus d'informations
Jean Chaput